Browse Category

Assemblées générales

En début d’année, SUPRIO tient son assemblée générale. Elle comporte une partie formelle (élections, validation des comptes et du budget) suivie d’une conférence en lien avec la communication des hautes écoles ou, plus généralement, des évolutions marquantes dans le paysage scientifique.

Hautes écoles spécialisées : quels défis pour les années à venir ?

Conférence et discussion avec Crispino Bergamaschi, président de la chambre des HES au sein de Swissuniversities, président de la direction de la FHNW (HES du Nord-Ouest de la Suisse)

La traditionnelle conférence de l’AG de SUPRIO s’arrêtera cette année sur la situation des HES, les hautes écoles spécialisées. Quels défis les attendent dans le contexte suisse et international ? Comment peuvent-elles affirmer encore davantage leur profil spécifique tout en renforçant leurs collaborations avec les hautes écoles universitaires ? Président de la chambre des HES au sein de Swissuniversities, Crispino Bergamaschi fera le point sur les acquis et les futurs développements des HES.

Ingénieur HES et docteur de l’EPFZ, Crispino Bergamaschi préside la direction de la FHNW depuis janvier 2011. Il a auparavant assumé différentes fonctions d’enseignement et de direction au sein des HES argovienne et lucernoise. Son expérience englobe également des mandats pour le secteur privé.

Documents (PDF)

Médias et services de communication: état des lieux d’une relation en pleine évolution

Conférence et discussion avec Roland Fischer, journaliste scientifique, membre du comité directeur de l’Association suisse du journalisme scientifique

Ces dernières années, les relations entre journalistes et services de communication des hautes écoles ont connu des évolutions marquantes. Tandis que les rédactions doivent composer avec des budgets toujours plus serrés, les hautes écoles, de leur côté, ont augmenté leurs ressources dans le domaine de la communication. A l’ère digitale, la notion de « médias de masse » est en outre devenue très relative et le web offre aux hautes écoles et à leurs chercheurs des espaces de diffusion qui se passent de tout intermédiaire. Certains modèles de financement, comme le soutien d’universités ou de fondations à des médias supposément neutres pour la publication d’actualités scientifiques, illustrent de façon particulièrement frappante ce qui s’apparente à un nouveau rapport de forces. La communication a-t-elle pris le pas sur une information neutre et vérifiée des résultats de recherche ?

Après avoir travaillé pour différents titres de la presse écrite, Roland Fischer est aujourd’hui journaliste freelance. Mandaté à la fois par des médias et des hautes écoles, il est particulièrement bien placé pour dresser un état des lieux des relations entre rédactions et services de communication.

La communication et le marketing des hautes écoles à l’heure de swissuniversities

Conférence et discussion avec Antonio Loprieno, recteur de l’Université de Bâle, président de la Chambre des hautes écoles universitaires de swissuniversities

La nouvelle Loi fédérale sur l’encouragement et la coordination dans le domaine des hautes écoles, entrée en vigueur le 1er janvier 2015, aura un impact sur les fonctionnements du système scientifique suisse. Elle traduit également la volonté de favoriser une visibilité et une expression communes, sous l’égide de swissuniversities, de l’ensemble des hautes écoles universitaires, spécialisées et pédagogiques du pays. Que signifiera cette évolution pour la communication et le marketing ? Et plus généralement, comment sera organisée la collaboration politique entre les hautes écoles ? Force est de constater que, pour beaucoup, certaines questions restent pour l’heure sans réponse.

Connu pour son franc-parler, Antonio Loprieno nous apportera son éclairage. Recteur de l’Université de Bâle depuis 2006, cet égyptologue occupe également une position clé au sein de swissuniversities en tant que président de la Chambre des hautes écoles universitaires qui regroupe les rectrices et recteurs des dix universités cantonales et des deux EPF. Il a également créé une formation en management des hautes écoles qui démarrera à l’automne 2015 et qu’il dirigera après son retrait du rectorat de l’Université de Bâle, annoncé pour juillet 2015.

Documents (PDF)

Encouragement de la relève suisse dans le contexte international

Conférence et discussion avec Martin Vetterli, Président du Conseil national de la recherche du Fonds national suisse (FNS)

En tant que Président du Conseil national de la recherche depuis près d’un an, Martin Vetterli se trouve à la tête du FNS où il se mobilise avec beaucoup de ferveur pour l’encouragement de la recherche suisse. Le nouveau président entend se préoccuper plus particulièrement de l’encouragement de la relève ces prochaines années. Il souhaite ainsi hisser la recherche et l’enseignement suisses au niveau international et l’y maintenir. Son travail est d’ailleurs déjà orienté dans ce sens.

Documents (PDF)

Pilotage des Hautes écoles suisses : l’avenir commence

Conférence et discussion avec Martine Rahier, swissuniversities.

Les hautes écoles universitaires, spécialisées et pédagogiques suisses ont créé récemment l’association swissuniversities. Il s’agit du premier organe commun pour le pilotage des hautes écoles dans le cadre de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi suisse sur l’encouragement et la coordination des hautes écoles (LEHE) prévue pour 2015. Cet organe prépare la fusion des trois Conférences des Recteurs actuelles en une seule Conférence.

Quels sont les objectifs poursuivis par la LEHE selon swissuniversities et quelle contribution swissuniversities peut et veut-elle apporter? Qu’entend swissuniversities lorsqu’elle dit que les types de hautes écoles représentées imaginent une action commune au niveau international dès janvier 2013? Quels sont les objectifs concrets de swissuniversities pour l’horizon 2015? Et comment swissuniversities entrevoit-elle l’avenir si, dès 2015, la Confédération et les Cantons lanceront leur organe de pilotage politique, la Conférence des hautes écoles suisses et le conseil suisse d’accréditation en plus de la Conférence des recteurs des universités suisses (donc des hautes écoles suisses (CRUS), des hautes écoles spécialisées suisses (KFH) et des hautes écoles pédagogiques (COHEP))? Il faudrait en outre réfléchir au rôle que SUPRIO peut et doit jouer dans ce processus initié. Par exemple, dans le sens d’un interlocuteur direct et maillon vers les trois types de hautes écoles suisses pour les aspects de communication institutionnelle et internationale interne et externe et de marketing.

Notre oratrice entend traiter question après question: Martine Rahier est rectrice de l’Université de Neuchâtel et vient d’être élue première présidente de swissuniversities. Dans ses nouvelles attributions, elle sera accompagnée de Matthias Stauffacher, actuellement secrétaire général de la CRUS et secrétaire général de swissuniversities dès janvier 2013 pour la première année de transition.

Documents (PDF)